Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AttitudeZen

AttitudeZen

Vivre l'instant présent sereinement. Venez à l'intérieur. Eveillez votre inconscience. Mettez vos ombres dans la lumière - AttitudeZen.over-blog.com


Yoga musical de l'Occident

Publié par Mireille sur 12 Juin 2006, 10:31am

Catégories : #Spiritualités du monde


Étant curieuse de nature, j'avais abordé dans cet article "Renseignez-vous sur ...", les différentes méthodes de méditation ou de spiritualité, puisque c'est étroitement lié (ai-je appris au fil de mes recherches).



Le chant grégorien est le chant liturgique officiel de l'église catholique romaine, qui remonte au moyen-âge.


Parce qu'il est indissociable du latin, il est aujourd'hui marginalisé dans cet usage liturgique. Il reste cependant utilisé, régulièrement dans certaines communautés religieuses ou traditionnelles, et à titre plus exceptionnel dans les cérémonies particulièrement solennelles.


Indépendamment de la liturgie, le chant grégorien est aujourd'hui apprécié pour sa qualité esthétique. C'est un genre musical qui appelle au calme, au recueillement, à la contemplation intérieure. Le chant grégorien a été qualifié de "Yoga musical de l'occident".


Dans la musique occidentale médiévale, le chant grégorien est un genre musical sacré, essentiellement vocal et monodique, et appartenant au courant du plain-chant.


Origines du chant grégorien



















Le chant grégorien doit son nom au pape Grégoire Ier  dit « Grégoire le Grand »  qui, à la fin du VIe siècle, a ordonné et amorcé la diffusion d'un répertoire liturgique commun à travers tout l'occident, afin de contribuer à la mise en place du nouvel ordre religieux chrétien. Ce mouvement impératif d'uniformisation du chant sacré, soutenu par les successeurs de Grégoire Ier et par diverses autorités politiques : les Carolingiens, notamment s'est propagé du VIIe siècle à la fin du Moyen Âge, en accompagnant l'implantation du christianisme en Europe.


La diffusion du chant grégorien s'est largement appuyée sur les institutions monastiques, qui, par la pratique quotidienne du répertoire romain, et par la copie ou compilation manuscrite des textes religieux, constitueront les principaux piliers de cette réforme sans précédent.



Le chant grégorien est habituellement considéré comme le point de départ de la musique occidentale savante, appelée musique classique. Cependant, il faut se garder de considérer que celui-ci est né ex nihilo : en effet, les modes, les échelles, les mélodies même, faisaient sans doute partie des traditions orales appartenant aux nombreux groupes sociaux établis sur l'ancien empire romain : traditions gréco-romaines, celtiques et plus précisement gallicane, judéo-chrétiennes, germaniques, etc.


L'autorité religieuse a, en fait, défini une norme de musique acceptable dans le cadre de l'office divin, préservant la sainteté et la dignité de celui-ci, en favorisant la contemplation et en bannissant strictement tout débordement sensuel ou tout aspect profane incongru.

Caractéristiques du chant grégorien

Le chant grégorien est un chant sacré anonyme, habituellement interprété par un ch?ur ou par un soliste appelé chantre, et destiné à soutenir le texte liturgique en langue latine. On trouve des choeurs d'hommes ou de femmes. Les abbayes de moniales au Moyen Âge chantaient le répertoire liturgique au même titre que les abbayes d'hommes






















* Il n'est pas ou peu rythmé ; c'est une musique récitative qui favorise l'intériorisation et la conscience des paroles chantées. Le rythme suit le débit du texte parlé.

* Il se chante le plus souvent a cappella, c'est-à-dire, sans intervention instrumentale.

* Il s'agit d'un chant homophone ou chant monodique, c'est-à-dire, une musique excluant les simulanéités sonores : toutes les voix qui l'exécutent chantent donc « à l'unisson ».

* Du point de vue du système mélodique, le chant grégorien est de type modal et diatonique. Les chromatismes en sont généralement exclus, ainsi que les modulations et l'emploi de la sensible. Les différentes échelles utilisées, avec leurs degrés et leurs modes, sont appelées modes ecclésiastiques, ou échelles modales, ou modes anciens ? par opposition aux échelles utilisées postérieurement en musique classique tonale.

Aujourd'hui

Le concile Vatican II a proclamé que "l'Église reconnaît dans le chant grégorien le chant propre de l'Église..."(Constitution sur la Liturgie, art.116).

Notation du chant grégorien

Au départ, seul le texte liturgique est noté sur le graduel. Les mélodies sont exclusivement transmises oralement.

* Au VIIIe siècle, apparaissent les neumes. Il s'agit d'un ensemble de signes, généralement notés au-dessus du texte, et permettant au chantre de « retrouver » une mélodie primitivement mémorisée « d'oreille », mais sans indication précise des intervalles ou de la hauteur des notes. Cette première notation musicale n'exclue, par contre, pas d'indication rythmique, au moins de manière relative dans un groupe de neumes. Elle n'indique cependant pas un "tempo" régulier et constant tout au long d'une pièce.

* À partir du XIe siècle, on assiste aux prémisses de la notation solfégique qui connaîtra plusieurs formes successives jusqu'à la Renaissance, où, en ce qui concerne le chant grégorien, elle se figera sous sa forme définitive : la « notation carrée » sur portée de quatre lignes.

Pratique du chant grégorien

Le chant grégorien reste pratiqué dans quelques monastères ; en France, on peut citer les abbayes de Fontgombault, Solesmes et Saint-Wandrille. Ponctuellement, il est repris dans les célébrations dominicales. Il existe également des choeurs de laïc qui perpétuent la pratique du chant grégorien dans son cadre liturgique (messe, office, fêtes etc...). Ainsi, dans l'Occident chrétien, le chant grégorien est pratiquement le seul genre de musique qui puisse faire état d'une pratique continue depuis plus de mille ans.

Choix des chants liturgiques

En théorie, les chants qui sont interprétés dans une cérémonie donnée (Messe, Vêpres,...) ne sont pas choisis librement dans un répertoire, mais sont déterminés précisément en fonction du jour de l'année liturgique (parfois pour tout un temps liturique), et du moment dans le déroulement li

   * Ad Te Levavi (Introït du premier dimanche de l'avent, qui ouvre l'année liturgique)
   * Ave Regina (se chante du 2 février à Pâques, à la fin de l'office de Complies)
   * Justus (Graduel de la fête de saint Joseph)
   * Attende Domine (Chant de pénitence qui peut se chanter pendant tout le Carême)
   * Pueri Hebraeorum (Antienne de la procession des Rameaux)
   * Christus Factus Est (Graduel du Jeudi saint)
   * Tenebrae Factae Sunt (Répons des matines du Vendredi saint)
   * Sicut Servus (Trait de la Veillée pascale, à la fin des lectures)
   * Regina Caeli (se chante de Pâques jusqu'à la Pentecôte, à la fin de l'office de Complies)
   * Spiritus Domini (Introït du dimanche de la Pentecôte)
   * Alleluia V/. Veni sancte spiritus (Allélulia du dimanche de la Pentecôte)
   * Virgo prudentissima (Antienne du Manificat pour les premières vêpres de l'Assomption)
   * Placare (Hymne des premières vêpres de la Toussaint)
   * Rorate Caeli (Chant de méditation qui peut se chanter pendant l'Avent)
   * Hodie Christus Natus Est (très belle Antienne du Manificat aux vêpres de Noël)

Le recueil des chants à utiliser pour la Messe est le Graduel, celui du chant des offices de jour est l'Antiphonaire, celui des offices de nuit est le Responsorial, celui utilisé pour les processions est le Processionnal... Le choix du chant liturgique était strictement imposé dans la liturgie traditionnelle. De nos jours, les règles lituriques modernes précisent toujours ce qui doit être chanté à chaque instant, mais laissent la liberté d'y substituer d'autres chants.

Quel avenir pour le chant grégorien ?

Le chant grégorien est déjà un genre musical plus que millénaire, et l'on peut se demander quel va être son avenir. De nombreux monastères ou de choeurs laïcs pratiquent encore cet art, et certains compositeurs comtemporains s'y intéressent encore.


Une des questions qui se pose à l'heure actuelle dans le milieu de la composition de chants grégoriens est celle de l'accompagnement de celui-ci. En effet, le chant grégorien est traditionnellement monodique, mais il est peut-être possible de concilier tradition et polyphonie.


Voir, à ce sujet :

   * l'ouvre Polyphonies Grégoriennes de Michel Prophette
   * le livre de George Mercure : Polyphonie grégorienne

Il est à noter que plusieurs groupes modernes ont fait du "Grégorien-pop". C'est le cas de "Gregorians - Master of Chants" ainsi que "Enigma" qui a fait un carton dans les années 90 avec son tube "Sadness".



















Source : http://fr.wikipedia.org

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents